Les bons conseils de J.C.Piat

Education – Dressage par J.C. Piat, Président de l’Association des Dresseurs Professionnels.

 Vous venez d’acquérir un chiot et vous vous posez la question de savoir comment vous allez vous y prendre pour lui donner le meilleur départ possible dans la vie.

Ne rien lui apprendre avant de le confier à un dresseur ou bien aussi complètement l’inverse ?

 Il y a une alternative que je préconise parce qu’elle me semble la meilleure.  Multipliez les sorties dès son plus jeune âge et laissez courir. 

Des petites séances de 10’ seront suffisantes et pas forcément tous les jours.

 Si vous pouvez disposer de plusieurs endroits, c’est encore mieux.

 En fonction de sa maturité, ne le laissez pas trop tirer sur son squelette ... c’est tout.

 Le rappel ne doit pas être une fin en soi, le défoulement d’un jeune chien est primordial mais il est indispensable d’agir loin des routes.

Votre pointer poursuit les hirondelles et tout ce qui bouge, cela n’a pas d’importance.

 Rappelez et rentrez  le jusqu’à la prochaine séance.

Jusqu’à présent vos sorties se sont réalisées sur des terrains vides et vous êtes impatient de voir son comportement face au gibier.

Dissimulez un perdreau, un colin, un faisan ou un pigeon dans une touffe, hors la vue du chien. Retournez chercher votre débutant et lâchez le, à bon vent.

 Changez d’endroit de dépose pour ne pas que votre chien visite toutes les touffes aux sorties suivantes.

 Plusieurs réactions vont s’offrir à vous :

1 - Habitué à cavaler tous azimuts, il va passer au-dessus, en dessous, à gauche, à droite sans jamais donner un coup de nez en ignorant complètement le gibier. Il peut même marcher dessus et ne pas le voir partir, vous laissant à penser qu’il ne chasse pas ... et vous aurez raison. Ne pensez pas qu’il n’a pas de nez, il ne l’a tout simplement pas encore mis en service. Pour le moment il chasse à vue et sa concentration ne lui ouvre que les yeux.

2 - Il a déjà eu connaissance de quelques odeurs de gibier, il monte sur l’émanation et fait voler sans tenir l’arrêt car son instinct d’arrêt ne s’est pas encore déclenché. Rien de grave pour le moment si votre gibier est volant et qu’il ne le« choppe » systématiquement. Si tel était le cas, vous développeriez chez lui plus rapidement le rapport que l’instinct d’arrêt. Utilisez toujours du gibier bien volant qui disparaît de la vue du chien.

3 - Dans le meilleur des cas, il remonte l’émanation et se bloque à l’arrêt. A l’envol, il poursuit. Il faut laisser faire. Aucune contrainte jusqu’à 10/12 mois si vous n’avez pas l’expérience du dressage et si vous devez confier votre chien à un professionnel. Votre rôle consiste uniquement à lui donner LA PASSION nécessaire pour devenir un excellent chien de chasse, voire de field. Si vous avez la chance de disposer d’un territoire avec du gibier sauvage, il faut utiliser ce privilège. Les courses effrénées derrière la plume ne font qu’affirmer sa passion mais ne le laissez pas faire derrière le poil , vous obtiendriez une passion identique qui n’est pas souhaitable.

 Souvenez-vous de ces préceptes :

« Patience et longueur de temps font plus que force et que rage », «Tel maître, tel chien», « Il ne faut faire que ce que l’on sait faire ».

Si beaucoup de dresseurs peuvent réparer, sachez qu’une réparation peut fonctionner mais elle ne vaudra jamais la pureté du neuf.