En ville

Vivre en ville avec un animal

 

 

 Vivre en ville avec un animal demande de connaître et de respecter quelques règles simples de savoir-vivre.

Les efforts des municipalités doivent faciliter une meilleure intégration. Afin que la cohabitation soit harmonieuse, il faut éduquer son animal de compagnie pour que sa présence soit tolérée par tous.

Il ne doit pas être la cause de nuisances.

 

La divagation


Le fait de laisser divaguer un animal susceptible de présenter un danger pour les personnes est puni (article R.622-2 du Code pénal) par l’amende prévue pour les contraventions de 2e classe (150 €).

Les chiens ne peuvent circuler sur la voie publique, en zone urbaine, que s’ils sont tenus en laisse (règlement sanitaire départemental). Les maires peuvent ordonner que les chiens soient tenus en laisse et muselés.

 

Les déjections


Les excréments des animaux sont intolérables sur les trottoirs. Cela traduit un défaut d’éducation de l’animal et un manque de civisme du maître.

Il faut impérativement ramasser les déjections de son animal ou le conduire dans un endroit approprié, ce qui conditionne son intégration dans le milieu urbain.

Le contrevenant encourt une amende prévue pour les contraventions de 3e classe (450 €).

 

Ramassez les déjections de votre animal, pensez aux enfants qui peuvent se souiller, aux personnes âgées qui peuvent glisser, aux personnes à mobilité réduite circulant avec des fauteuils et aux personnes non voyantes.

 

Les aboiements


Les aboiements intempestifs peuvent être considérés comme un « trouble anormal de voisinage ».

Le plus souvent, ces problèmes trouvent leur solution par des démarches amiables: utiliser un collier anti-aboiement qui émet un spray incommodant l’animal et totalement inoffensif, consulter un vétérinaire.